image1

Le temps des fêtes tire à sa fin et tout le monde déclare 2017 comme étant l’année de grands succès! Je trouve ça très beau de témoigner de l’excitation de tous mais moi, je me sens seule dans mon coin.  Je ne crois pas être tout à fait prête à faire le saut dans cette nouvelle année.  Il y a tant de chose que j’aurais aimé accomplir en 2016.  Je ne suis même pas certaine si tout ce que j’ai identifié comme objectifs pour 2017 sont réellement des objectifs qui me font vibrer.

C’est la course aux résolutions, aux nouveaux projets, aux nouvelles habitudes.  Je me sens comme une enfant qui n’a pas eu le temps de faire ses devoirs.

Je ne suis pas prête à entamer cette nouvelle année. INSPIRATION OÙ ES-TU!? Je suis complètement déconnectée.  J’angoisse.

Je suis à la recherche d’inspiration, d’un signe pour m’offrir cette étincelle en guise de confirmation.  Je discute avec des amies qui me conseillent, j’écoute des vidéos d’inspiration, je lis.  J’en ai marre. J’abandonne!

À trop vouloir on finit par s’égarer.  Je comprends que j’ai un lâché prise à faire.

Trop souvent nous tentons d’être comme tout le monde, de se conformer aux traditions malgré tous nos efforts pour sortir du moule.

Certains me diront «C’est Mercure rétrograde» ou encore «C’est le Stellium en poisson».  C’est peut-être l’effet planétaire qui est la cause de mon état d’âme, mais la seule chose que je sais à cet instant, c’est que je ne sais pas. Je ne sais pas par quoi je vais commencer ni par quoi je vais terminer.

Je décide donc de mettre sur papier une sorte de bucket list de mes souhaits pour les 361 prochains jours. Par contre, cette fois, je me donne le droit de ne pas tous les réaliser et je m’autorise à les modifier en cours de route, si bon me semble.

Ouep! Cette année, je choisis de vivre dangereusement! (wink)

Ensuite, je délaisse papier et crayon et je trouve confort à faire ce qui me plaît à profiter du moment présent avec ceux que j’aime, quand tout à coup je tombe sur une citation qui dit «When they go low, we go high» de Michelle Obama.  Et voilà, sept mots qui dessineront le reste de mon année.

C’est fou comme parfois on cherche l’inspiration trop loin, comme si elle est inacessible, pourtant.

Les choses arrivent à ceux qui veulent bien prendre le temps de regarder autour de soi.

2 comments on “Les choses arrivent à ceux qui sont attentifs”

  1. C’est tellement vrai qu’il faut parfois lâcher prise pour provoquer les choses! Quand je bloque et que je manque de créativité, je planifie faire des choses que j’aime. Ça me ressource, me détend et puis hop! Les idées abondent ensuite. Merci pour cet article, c’est un bon rappel de ne pas forcer les choses.

    • Exactement! Rien ne sert de forcer les choses. Bien entendu, je ne veux pas dire de rien faire, certaines tâches ont des échéanciers qu’on ne peut ignorer, mais si on donnait une intention à notre journée avant de débuter en ce posant la question «Comment est-ce que je veux me sentir à la fin de la journée ?» ça nous enligne vers les BONNES tâches à accomplir pour la journée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *